L’Empire des Lumières

Histoire d’espionnage et amours contrariés, telles sont les clefs du best-seller coréen adapté par Arthur Nauzyciel.

Kim Kiyeong, marié à Mari, est un homme comme tant d’autres. Séoul est la ville où tous deux se fondent dans un banal anonymat. Il suffit d’un message pour que bascule leur réel : « l’ordre numéro 4 » renvoie Kim à ce qu’il est à l’origine, un espion, introduit depuis près de 20 ans en Corée du Sud. Et voilà cet homme ordinaire qui a devant lui 24 heures pour réintégrer son pays natal, la Corée du Nord, et rayer d’un trait lapidaire le présent qu’il s’est fabriqué à l’insu de tous.

La division est au cœur d’une représentation où l’image filmée relaye le propos. Fracture politique d’une nation dont la plaie n’est pas cicatrisée, séparation d’un homme et d’une femme que les heures qui défilent éloignent inexorablement, chavirement intérieur de deux âmes : tout n’est que déchirure. À l’instar des réalités qui se percutent et se troublent l’une l’autre, des évidences s’effritent, des mensonges s’affirment, des souvenirs hantent les mémoires.

À l’invitation du Théâtre National de Corée (NTCK) à Séoul, Arthur Nauzyciel crée en 2016, L’Empire des lumières, best-seller de l’auteur coréen Kim Young-ha, également chroniqueur pour le New York Times, chef de file d’une génération d’écrivains qui développe une vision critique et mélancolique de la Corée du Sud.

Le Théâtre National de Corée prenait ainsi le risque de confier à un metteur en scène étranger ce roman polémique, dense, touchant aux fractures de la société coréenne mais également à la condition humaine. Valérie Mréjen livre une réécriture subjective de ce récit qui se déploie entre vérité et artifice en intégrant d’autres matériaux, comme le film et les souvenirs des acteurs eux-mêmes. Parmi eux, deux figures parmi les plus connues du théâtre et du cinéma coréens, l’acteur Hyun-Jun Ji et l’actrice Moon So-ri, fidèle du cinéma de Hong Sang Soo, et prix d’interprétation à la Mostra de Venise pour son rôle inoubliable dans Oasis. Dernière création d’Arthur Nauzyciel, ce spectacle réalisé avec ses complices Pierre-Alain Giraud pour le film, Xavier Jacquot au son et le styliste Gaspard Yurkievich pour les costumes, croise littérature, théâtre et cinéma.

D’après le roman de
KIM YOUNG-HA

Adaptation
VALÉRIE MRÉJEN ET ARTHUR NAUZYCIEL

Mise en scène
ARTHUR NAUZYCIEL

Avec

HYUN-JUN JI, MOON SO-RI, SEUNG-KIL JUNG, DONG-TAK YANG, SAVINE YANG, HAN KIM, JUNG-HOON KIM, HONG-JAE LEE

Scénographie
RICCARDO HERNANDEZ

Lumière et design vidéo
INGI BEKK

Réalisation, image et montage vidéo
PIERRE-ALAIN GIRAUD

Son
XAVIER JACQUOT

Costumes
GASPARD YURKIEVICH

Maquillage et coiffures
BAEK JI-YOUNG

Production
National Theater Company of Korea (NTCK) et le Théâtre National de Bretagne.

Coproduction
CDN Orléans/Loiret/Centre dans le cadre de l’Année France-Corée 2015-2016.

Dates